jeudi, 17 août 2017

Montesquieu des Albères les Trompettes Hautes, un été mouvementé

Climat surchauffé pour ce petit bout de terres dans les Albères qui commencent début juillet avec les retombées cendrées de l’incendie de la commune du Boulou, un début incendiaire derrière le Casino et les Termes de cette ville, le feu a prit de l’ampleur grâce au vent et la sécheresse, beaucoup d’effort et de pompiers ont été requis pour éteindre cet incendie.


Quelques jours plus tard un autre incendie démarra dans la commune du Boulou autour d’un centre de sport, le vent le poussa le long du Tech faisant ressentir le roussi aux habitants des Trompettes Hautes. Le crépitement du bois qui éclate sous la puissance du feu était audible au voisinage et les flammes grandissaient à vue d’œil, les courageux pompiers sont revenus pour éteindre ce nouveau feu dans la région.

Le calme s’est établit dans les airs mais celui de la terre s'est détérioré avec la venue impromptue d’un vendeur à la sauvette de tapis orientaux, le personne sympathique mais devient collant au bout d’un quart d’heure « Non non pas besoin de vos tapis », « je vous en vends 3 pour le prix d’1, vous pourrez les poser dans votre jardin », « je ne suis pas Aladin, passez votre chemin ». Les minutes s’écoulent jusqu’à l’heure passée avant la visite d’un deuxième négociateur avec autant de bagou.

Je pensais m’installer dans un quartier calme et tranquille, personne ne m’avait parlé de ce problème récurrent qui revient chaque année et qui dure plus que la période de l’été, si j’avais su je ne serais pas venu.

La tranquillité de vivre s’est abîmée peu à peu avec le passage d’autres personnages plus ou moins sympathiques, agressifs et menaçants à souhait, un de ces personnages à même baissé son froc pour me montrer son derrière.

Une autre venue remontant au 16 août dernier a apporté son lot de comédie, une pièce à la Feydeau en plusieurs actes : Le pseudo artisan en bâtiment arrive et tente de placer son business, un comparse attend bien au chaud en plein cagnard dans sa voiture garée au raz de la propriété de mon voisin. Un troisième larron apparaît torse dénudé et très grossier avec un appareil électrique dans une de ses mains, il approche en vociférant insultes et menaces à mon encontre en reprochant à mes gentils toutous d’aboyer à l’encontre de vilains qui arpentent sans arrêt l’impasse dans laquelle se trouve ma demeure. Ce dernier personnage se prétendait voisin proche et mécontent d’entendre mes chiens aboyer à la vue de méchants vilains qui viennent détruire notre quiétude, ce personnage est inconnu de mes voisins proches qui sont unanimes pour affirmer que la présence de mes chiens les rassurent. Bien d’autres habitants de ce lotissement disposent de protection identiques qui alertent le voisinage à toute approche d’un passant suspect, quelques sirènes d’alarmes se déclenchent souvent soir et matin.

Cette aventure burlesque risque de continuer longtemps avant que les autorités qui ont été alertées n’interviennent, elles attendent un incident grave avant d’intervenir et de nous sermonner ensuite avec des palabres « Pourquoi n’avez-vous pas prévenu »

L’insécurité monte et la colère aussi

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.