dimanche, 12 février 2017

Svalbard une justice hors la loi

Parodie de justice dans ce pays du bout du monde où le hors piste est sévèrement punis par des lois qui défient la vie et bafouent les droits des hommes et ceux des animaux.
Que détient ce petit bout de terre pour qu’ils enfreignent les règles de l’hospitalité et de la sécurité maritime.

Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-05-26%20a%CC%80%2017.47.41__fit_640x404.png


Gilles Elkaim physicien, explorateur et écrivain français s’est lancé fin août 2016 dans une grande aventure qui a pour but le partage et la sensibilisation à la préservation de l'arctique
Un périple dont le tracé longe le Svalbard pour parvenir à la glace au nord de Franz Josef Land en Russie, ensuite faire prendre le bateau dans les glaces au nord des îles de nouvelle-Sibérie et dériver pendant 6 mois pour atteindre le pôle nord en traîneau à chiens.
Tout était prévu pour ARKTIKA2 : un bateau à la coque renforcée, les documents pour le transport et passage de Gilles ELKAIM, Alexia Nezondet et leurs 7 chiens.
Au début du mois d’octobre 2016 le vent et la houle se déchaînent entre Svalbard et Franz Josef Land, des rafales de plus de 55 nœuds de vent les obligent à s’abriter dans un fjord de Nordauslandet qui est une zone naturelle dont l’accès est limité, pour tenter de réparer une avarie moteur.
Gilles Elkaim contacte à maintes reprises les autorités du Svalbard pour leur faire part de sa situation, aucune réponse ne lui sera adressé jusqu’au matin du 13 octobre 2016 où un hélicoptère du gouverneur du Svalbard atterrit près d’ ARKTIKA2, le sort des explorateurs et de leurs chiens est scellé par la confiscation de tous les passeports humains et canins. S’ensuit alors une désorganisation d’évènements que les autorités de la région tentent de justifier maladroitement par des actes désordonnés comme le remorquage du bateau de l’expédition par gros temps sur près de 350 miles à l’aide d’un remorqueur de 4000 tonnes, l’ ARKTIKA2 manque de sombrer à maintes reprises.
A Longyearbyen Gilles Elkaim est interrogé durant plusieurs heurs, ordinateur et navigation I-Pad sont confisqués, méprise l’explorateur n’est pas un espion. A part la glace, le charbon et une immense réserve de semences biologiques planétaires, quel secret le Svalbard cache t’il si farouchement.
Fin octobre 2016 les chiens reçoivent l’autorisation de mettre pattes à terre, le moral des troupes est dans la grisaille des lieux.
Fin Octobre Alexia récupère son passeport
Depuis cette date les autorités interdisent à l’explorateur de continuer sa route en le menaçant de poursuites sévères en son encontre à la suite d’un procès à Longyearbyen qui siégera les 23 et 24 février 2017.
La protection de notre planète n’est pas bien récompensée par ceux qui sont sensés la protéger, aucun écho dans les presses nationales ou internationales, les reporters et journalistes font bien mal leur travail, une voltige politicienne est tellement plus importante que la survie de notre Monde !!

 


Commentaires

bravo pour ce témoignage qui en dit long sur la prise de consciense de nos politiques sur l'urgence environnementale!! Gilles Elkaim et sa femme Alexia sont accusé de tous les maux pour vouloir dénoncer ce qui se passe pour les ours polaires au Svalbard . C'est une honte !! et j'espere que Gilles sera acquité lors de son proces qui se tient les 23 et 34 fevrier à Longerbeayn capitale du Svalbard

Écrit par : varnier | dimanche, 12 février 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai eu le plaisir de rencontrer Gilles il y a plus de dix ans. C'est une personne intègre, scientifique et explorateur du plus haut niveau et surtout un HUMAIN comme l'on ne rencontre plus souvent de nos jours! Que dire de nos piètres politiques et autres roublards qui au-delà de quelques mises en scènes en maux se moquent de la cause et de l'intérêt général... ((((

Écrit par : Philippe Kieffer | lundi, 13 février 2017

Répondre à ce commentaire

Parodie de procès. Hypocrisie des lois environementales du Svalbard qui interdisent à peu près tout pour le voyageur individuel mais qui autorisent le tourisme de masse et l'exploitation pétrolière. De qui se moque t-on?
Oubliez la conscience écologique et la démocratie au Svalbard. Il suffit de mettre le pied dans sa capitale Longyearbyen pour comprendre l'état d'esprit: l'argent, l'individualisme, aucun humanisme. Nous avons heureusement trouvé un havre à Barentsburg, ville russe voisine. La Russie si souvent critiquée, mais jetez donc un oeil en Europe: la Norvège 7ième pays d'Europe au niveau de la corruption... Les méthodes utilisées dans cette investigation et ce procès rapellent tout d'une DICTATURE.

Écrit par : Gilles Elkaim | lundi, 13 février 2017

Répondre à ce commentaire

Beauté et justice ne semblent pas aller de paire !
Merci pour cet article
Florence berkani

Écrit par : Berkani | jeudi, 16 février 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.