27/09/2015

Contamination Nucléaire

Notre Monde est une poubelle, principalement les océans de par leur immensité et profondeur ils sont l'endroit idéal pour enfouir tout un tas de déchets gênants toxiques, radioactifs, corrosifs.


L'ex Union Soviétique et la nouvelle Russie ont contribué par leurs efforts à la destruction de la faune et flore sous-marine. Un chantier de démantèlement de navires nucléaires a été construit non loin de Vladivostok, sa superficie n'est pas assez grande pour recevoir et stocker les réacteurs et déchets de combustible nucléaire, cette grande nation n'a pas non plus les moyens financiers pour œuvrer rapidement au recyclage de leurs épaves marines passées et futures.

La Mer de Kara réserve mondiale des Cabillaud est devenue un énorme dépotoir nucléaire, les réacteurs et combustibles ont été jetés par tous les bords, ils en tapissent le fond, en 1981 l'épave du sous-marin nucléaire K27 y a été immergé par 33m de profondeur. En 2014 la Russie devait nettoyer la zone avant l'exploitation sous-marine du pétrole, rien n'a été réalisé à ce jour.

Les compagnies de forage vont jouer à la pétanque sous-marine, un petit Caro risque de faire un grand éclat!

 "Le vendredi 3 octobre 1986, en une mission de routine dans l'Atlantique Nord, à 680 milles (1 094 km) au nord-est des Bermudes, le sous-marin soviétique K-219 subit un incendie qui se déclare dans le silo d'un missile balistique mer-sol. Le joint d'étanchéité d'un couvercle de trappe de missile cède, provoquant une voie d'eau de mer dans le tube lance-missile, cette eau salée réagit avec les résidus de combustible liquide du missile produisant de l'acide nitrique. Peu de temps après une explosion a lieu dans le silo no 67. Les restes du missile RSM-25 et ses deux têtes sont éjectés du silo no 6 dans la mer. Deux sous-mariniers sont tués par l'explosion et un troisième meurt peu de temps après intoxiqué par les émanations de gaz toxique. Le trou dans la coque du sous-marin et l'entrée d'eau de mer le fait rapidement s'enfoncer passant d'une profondeur de 40 m avant l'explosion à une profondeur supérieure à 300 m. La fermeture hermétique de tous les compartiments et l'activation des pompes à eau permet de stabiliser la profondeur.

Vingt-cinq sous-mariniers sont enfermés dans le compartiment, le commandant autorise l'ingénieur en chef à ouvrir la trappe permettant ainsi de sauver les 25 hommes. Cependant, les instruments à bord indiquent alors que le réacteur nucléaire qui aurait dû s'arrêter automatiquement était toujours en fonctionnement.

Sergueï Preminine se porte volontaire pour aller l'éteindre, en opérant sous les instructions de l'ingénieur en chef. Équipé d'un seul masque à gaz, il parvient à arrêter le réacteur, il mourra d'asphyxie dans le compartiment du réacteur.

Le K-219 fait surface et tente de naviguer sur ses batteries pour rejoindre un cargo soviétique et se faire remorquer jusqu'à port d'attache de Gadjievo, à plus de 7 000 km de là.

Les tentatives de remorquage échouent, l'équipage évacue le sous-marin avant que celui-ci sombre avec son armement nucléaire à plus de 6000 m de profondeur le 6 octobre 1986, dans la fosse des Hatteras. 

En 1988, le navire de recherche hydrographique soviétique Keldysh retrouve l'épave du K-219, posée sur le fond sablonneux de l'océan, il est brisé en deux morceaux au niveau de la tourelle de commandement. Plusieurs silos de missiles ont été forcés, les missiles ainsi que les ogives nucléaires qu'ils contenaient, auraient disparus.

 

Sources information : Wikipédia et autres sites....

Les commentaires sont fermés.