31/07/2015

Une Catalane en Arctique, Glacier EQI

eqipaysag.jpg

Mardi 20 août 2013

05:30 Le lit est un peu froid ce matin, Christian est monté aux premières lueurs de l'aube sur la terrasse panoramique pour y réaliser ses prises de vues et prendre un bol d'air au calme sans bruit ni passagers autour de lui, une petite douche et je vais le rejoindre pour notre bulletin d'information depuis l'arctique. Les coursives du Boréal sont vides, seuls quelques membres de l'équipage et officiers vaquent à leurs occupations, Capucine est déjà sur sa check-list pour préparer les débarquements prévus en fin de matinée sur le site du Glacier Eqi, je la laisse dans sa cogitation matinale ne voulant pas la perturber au risque de lui faire mélanger les groupes de randonneurs, ce sujet lui posant un problème à en croire le volume de papier froissé qu'elle entasse dans la corbeille par petits jets, un thé chaud au bar de la bibliothèque pour réveiller mes cordes vocales.


 

06:00 C'est l'heure idéale pour se balader sur le navire, rares sont ceux qui mettent le nez dehors, la température extérieure frôle la barre des 0°C avec un vent de nord-est  de 10 nœuds plus la vitesse de déplacement de notre navire, la température ressentie sur le dernier pont est voisine de -5°C, il faut de l'endurance ou un petit grain de folie pour rester plus de 60 minutes dans cet environnement glacé, à ce propos je vais rejoindre Christian pour savoir si le vent ne l'a pas transformé en glaçon "Barman please, pourriez-vous me remplir le thermos de café chaud, je dois ravitailler d'urgence mon  explorateur préféré", "Votre mari est toujours entier, il est descendu il y a peu de temps pour prendre son cappuccino, la température extérieure est fraîche ce matin, couvrez-vous bien".

eqi1.jpg

Le soleil est magnifique ce matin, ses rayons dorés se reflètent sur l'eau bleue de la mer de Baffin entre les plaques de glaces dérivantes, un spectacle unique se déroule sous mes yeux, seul bruit perceptible le fracas des glaces brisées par l'étrave de notre bateau et qui rebondissent sur ses flancs avants "Craac...Boum".

La journée s'annonce très ensoleillée,  la petite brise devrait s'atténuer dans le courant de la matinée, nous pourrons pique-niquer sur le site des anciens départs d'expéditions polaires françaises de l'explorateur Paul-Emile Victor

Christian a posé le trépied télescopique de la caméra sur le devant de la terrasse au plus près du bastingage, bien concentré il filme l'horizon à 180°, je vais attendre la fin de son balayage pour me rapprocher de son champ de vision et me réchauffer entre ses bras pendant qu'il boira un bon café chaud.

eqirorq1.jpg

eqirorq.jpg

" As-tu fais de bonnes prises ce matin, mon chéri", "Oui un max de grands plans sur les bancs de glaces , mammifères marins et terrestres" , "ma présentatrice est-elle bien réveillée ce matin, j'ai besoin de ton sourire pour dynamiser notre dernier bulletin matinal que nous diffuserons par internet juste après, la bande passante se réduit beaucoup à cette latitude". Nous pensions pouvoir diffuser nos petites informations tout au long de notre exploration sans savoir exactement si le satellite pourrait nous suivre, les communications téléphoniques et Internet sont très aléatoires au Groenland, elles fluctuent suivant votre position sur votre embarcation ou bien posé sur un promontoire rocheux, la prise est dans la boite, nous pouvons désormais nous diriger vers "La Boussole" pour aller y déguster quelques croissants chauds, marmelades et gelées.

"Bonjour Capucine ce débarquement est-il en bonne voie ?"

"Tout est fin prêt, les groupes de randonneurs sont classés par endurance, le largage vers la terre est prévu au début de l'après-midi après que la route entre les glaces soit sécurisée par le zodiac des guides d'exploration".

eqizod1.jpg

Les grues du Boréal s'activent, trois zodiacs sont mis à l'eau, les pilotes embarquent à leurs bords par la coupée bâbord, les moteurs froids sont difficiles à démarrer, après de multiples essais le doux ronronnent du 60 chevaux se fait entendre, commence alors un ballet surréaliste avec les trois embarcations qui tentent de se frayer un chemin jusqu'à la marina du Boréal pour l'embarquement des guides et naturalistes.

eqi4.jpg

La mer est recouverte de plaque de glaces dont le coefficient sur le code de l'œuf des glaces est proche du 8/10 la surface 2/10 d'eau libre devrait leur permettre de manœuvrer, un premier zodiac se risque en tentant en vain une percée, le deuxième pilote réussit sa tranchée en se faufilant dans la trace du précédent, le troisième s'élance et finit par surfer sur une plaque glacée au grand dam de l'officier de maintenance qui angoisse beaucoup pour les hélices des moteurs soumises à rudes épreuves entre le froid ambiant et la taille de glace ainsi que pour les coques caoutchouc qui peuvent être déchirées par les bords tranchants des mini-icebergs  et plaques dérivantes.

eqi0.jpg

Didier DROUET le chef d'expédition et les guides naturalistes dont un qui est armé d'un fusil pour assurer la sécurité de la troupe, prennent place à bord du zodiac de tête et commencent la difficile traversée pour rejoindre le petit ponton qui donne accès au site du Glacier Eqi, équipés de bottes solides ils tentent de fendre les plaques de glaces qui résistent aux chocs, certains prennent des rames en guise de pioches, le résultat n'est pas probant car le vent glacé continue d'effleurer l'eau de la baie, renforçant inexorablement les écueils gelés.

eqizod2.jpg

Le combat semble perdu d'avance tellement l'emprise des glaces se fait sentir autour de nous mais cela est sans compter avec l'opiniâtreté et la volonté de notre chef d'expédition qui finit par tracer une route jusqu'au ponton salvateur après plus d'une heure passée dans une mêlée glacée à faire des demi-tours et  tirer des bords de tous côtés.

eqi3.jpg

Les rayons du soleil se font timides ce matin, un coup de main de notre navire sera nécessaire pour exploser et écarter ces glaçons de la route de débarquement des explorateurs, notre commandant décide de chasser au ballast sur tribord et bâbord, retournement du boréal pour amener la proue à la position de la poupe et inversement, cette manœuvre déblaye une grande zone autour de nous, cette initiative sera renouvelée avant que la glace ne se reforme entièrement, de quoi occuper les officiers de la passerelle..

eqibar.jpg

Ma vision est attirée par l'étrange comportement de Corentine et d'un officier prénommé Nicolas, tout deux entassent un chargement lourd et encombrant à bord d'un zodiac qui prend une position à l'écart de notre route vers le Glacier Eqi, cette journée réserve des surprises.

eqimaous.jpg

Le Glacier Eqi nous apparaît majestueux, des pans immenses s'en détachent et s'engloutissent dans les eaux de la baie créant de minis tsunamis, pouvant faire basculer une embarcation s'étant trop rapprochée, la semaine dernière un voilier a faillit prendre le bouillon et racler le fond de la baie raconte un des marins du bords, ici les accidents sont fréquents pour les touristes en demande de frayeurs, il n'est pas recommandé de piétiner un glacier en mouvement ni d'approcher un ours polaire pour lui serrer la paluche et le caresser dans le sens du poil, le port et l'utilisation d'un fusil est indispensable pour toute balade à l'écart de la civilisation, toute randonnée se fait en groupe sans pause café ou dépôts non consignés, la sécurité doit être au maximum, il est interdit de gambader seul dans la bruyère ou de s'écarter de la route balisée sous peine de finir à fond de cale et cette fois sans pain ni eau rien qu'une pagaie et un bloc de glace pour toute compagnie.

eki2.jpg

Informés de toutes indications "Verboten" nous prenons la direction de notre cabine pour nous équiper en fonction de notre équipée loin des sentiers de randonnée réservées aux écumeurs de gadoue qui vont pouvoir crapahuter à rythme d'enfer pendant 60 bons kilomètres à travers la toundra, les rochers glissants, les chemins étroits et caillouteux sans pouvoir s'arrêter pour pisser ni pour prendre des clichés, la préposée aux excursions pédestres a bien informé "Verboten".

eqibor.jpg

Déjeuner barbecue face à la baie Eqi dans laquelle tournoie notre navire d'exploration qui parait bien petit vu d'ici.

eqiexped1.jpg

eki.jpg

L'ancienne baraque des départs des expéditions polaires françaises de Paul-Emile Victor est fermé, dommage j'aurais bien aimé découvrir son intérieur.

eqiexped.jpg

eqiexped2.jpg

Le site est parsemé de dalles commémoratives et monticules pierreux en souvenirs d' expéditions et de disparitions d'explorateurs survenues dans le passé.

eqiranar.jpg

Un renard polaire visiteur à quatre pattes est attiré par les constructions humaines et surtout par ses déchets gastronomiques, ceux organiques sont rejetés dans la nature qui accueille pas mal de détritus déposés par ci et par là au détour d'un chemin non balisé, des planches hérissées de clous bien pointus et rouillés, d'ancien moteurs et machines outils, des barils encore dégoulinants de pétroles ou autre liquides synthétiques, vieux matelas et sommiers et pire encore l'écoulement d'accus au plomb se déversant à même le sol, une pollution extrême qui devrait être interdite et encadrée, pouah la pollution n'a pas de frontières elle a bien établi ici sa tanière.

eqigite.jpg

le site abrite désormais un gîte nature pour les gens des villes désirant se ressourcer en passant quelques jours auprès de la nature, loin du bruit et de la fébrile agitation des grandes villes.

L'heure est venue de remonter à bord de notre transport, cap sur le ponton d'embarquement, attention aux glissades sur les roches encore brillantes, ne pas glisser dans la flore au risque d'écraser la micro-végétation du lieu, les escaliers en bois sont toujours en cours de fabrication, des poutres jetées çà et là encombrent la verdure, bien tenir serrée dans la main, la corde qui sert de guide pour  éviter la gamelle, la pente est raide à descendre, encore une foulée et je serai sur le promontoire d'accostage.

Gilets de sauvetage bien sanglés, nous montons à bord du zodiac en faisant attention à ne pas glisser sur le boudin et finir à la baille où nous attend un homme-grenouille gonflé à bloc.

eqibar2.jpg

 Notre pilote lance son moteur et prend la direction de la marina du Boréal, il réduit la puissance à la moitié du parcours "Un zodiac semble en difficulté à bâbord, allons lui donner un petit coup de main" notre embarcation change de cap en direction de cet étrange zodiac.

zodiachamp.jpg

Corentine et l'officier Bernard qui à notre arrivée entament en cœur avec l'équipe insolite de cette barque à moteur "C'est un joyeux camarade, hips..hips.." et accueillir le retour des explorateurs en leur tendant une coupe de champagne aux aventuriers et jus de fruits pour les contemplatifs "Bienvenue au Zodiac-Bar, ici les bulles coulent à flots dans notre rafiot", clic-clac ils sont dans la boite.

Il me tarde d'enlever mes bottes et de m'étirer dans un fauteuil au grand salon, une grande tasse de thé bien chaude à la main, les petites bulles attisent la soif. Christian continue ses prises en rafale tant que le soleil est présent à l'horizon, il se confondra bientôt avec la mer.

eqibar1.jpg

18:00 Le soleil se baigne dans la mer, il se fait tard ce soir, le zodiac-bar met le cap sur le Boréal, son équipage est transi de froid, Corentine claque des dents, difficile de rester sur un radeau immobile au milieu d'une baie sauvage où les vents gelés tourbillonnent sans jamais se calmer "Les dernières rasades de champagnes n'ont pas fini à la flotte, plus rien dans les soutes , Ils ont tout bu, oui oui tous, hips..hips"

  18:30 Le dernier zodiac d'exploration n'est pas de retour, un problème de mécanique, Capucine s'inquiète "Que se passe t'il à terre, ou en êtes-vous", la réponse se fait attendre quelques minutes "Impossible de revenir à bord, deux explorateurs sont manquants, nous continuons les recherches" l'inquiétude est arrivée jusqu'à la passerelle de commandement, le commandant Patrick MARCHESSEAU vient s'enquérir des nouvelles fraîches, il a un horaire à respecter le monsieur, appareillage vers 20h30 au delà de cette dernière limite, les retardataires devront remonter à bord par leurs propres moyens véhiculés par moteur sur l'eau ou parachutés dans les airs.

 20:15 Le dernier zodiac arrive enfin avec les deux égarés chroniques à bord, toujours les mêmes qui se sont perdus dans la randonnée de Hvalso, décidément ils ne souhaitent pas retourner dans leur petit village aux confins de la république de Chine.

 

Verboten, forbidden, formalment prohibits, ngokusemthethweni kungavunyelwe ..Hips....Hips.....

 

Articles sur l'expédition 2013

Atterrissage en Islande

Appareillage de Reykjavík

Côtes du Groenland

Narsaq

Hvalso les ruines Vikings

Nuuk la capitale du Groenland

Kitsisarssuit

Glacier Eqi

Clôture de notre expédition Groenland 2013 

Documentaires Vidéo  

Court-métrage "Une Catalane en Arctique Vol1" Voyage Initiatique

 

Court-métrage "Une Catalane en Arctique Vol2" Territoires du Nanvut

Les commentaires sont fermés.