14/07/2015

Une Catalane en Arctique, Hvalso ruines vikings

Vendredi 16 Août 2013

No-1336.jpg

La nuit a été une peu courte, plusieurs annonces ont fusé dans les haut-parleurs de la cabine " 00:15 Réveillez-vous et venez admirer le début de cette aurore boréale sur bâbord, bien visible à la proue du navire" , "02:10 dring dring ne vous rendormez pas et déplacez vous sur l'arrière tribord pour observez une baleine et son petit en pleine évolution dans l'océan" , "05:30 Toc Toc Tout le monde debout pour observer à bâbord puis à tribord ce phoque barbu se prélassant "Lui" sur un plaque de glace"


cartmap2.jpg

Il faut prévoir une semaine de sommeil d'avance avant de partir en exploration, l'horloge a encore reculé d'une heure lors de notre passage auprès du Cap Farvel, point situé le plus au sud du Groenland.

 

17out22.jpg

 

Notre journée se passera donc en mer pour rejoindre les ruines Vikings de Hvalso qui remontent à l'an 1000 et à la colonisation d'Erik le Rouge, découverte de vestiges d'une ancienne église, maison d'habitation, étable et dépendances.

 

No-1133.jpg

 

La visite est annoncée pour 10h00, balade dans la toundra et la végétation arctique chaperonnée par un guide un peu particulier, d'abord le petit déjeuner sur la terrasse à notre endroit favori, Christian a entrepris une discussion avec un passager étranger, l'anglais ne passant pas il a tenté une traduction gestuelle, le regard de son interlocuteur s'est assombri rapidement et ses talons ont pivoté simultanément pour entamer une rapide foulée vers la sortie. Christian revient à la tablée un peu surpris et j'éclate de rire en le voyant tout déconfit, Julien me confit à l'oreille "Plusieurs explorateurs et exploratrices proviennent d'une région reculée de Chine, ils sont venus à bord du Boréal avec un traducteur qui parle leur dialecte, ils ne comprennent pas l'anglais, se disputent souvent entre eux dans un langage inconnu du traducteur" , "l'interlocuteur de votre mari a pris son langage gestuel pour une attaque, il est vrai que les moulinets qu'il a effectué pourraient faire penser à un art martial encore inconnu à ce jour" cela promet pour de futurs échanges lors des conférences ou déplacements dans la nature.

Le petit-déjeuner était succulent comme toujours avec les petites douceurs du chef-pâtissier, un message sonne dans les haut-parleurs "Le groupe rouge est attendu à la Marina" c'est pour nous, allez Go! Nous descendons 4 ponts pour atteindre le Grand Salon Lounge, les explorateurs attendent en rang d'oignions, ils piaffent d'impatience et certains préconisent même de débloquer le bouchon devant eux en jetant tout le monde à la baille, un bain forcé à 2°C de quoi bleuir de froid. Tout au loin devant une voix douce et énergique s'invite au groupe "Ne poussez pas, tout le monde descendra, ce qui poussent, je les mettrais moi-même à fond de cale fers au pieds et pain sec pour tout repas comme au temps pas si lointain des galères" les râleurs se turent immédiatement et le flux recommença doucement. Un grand sourire coiffé d'un bonnet enfoncé jusqu'aux oreilles laissant apparaître les deux carreaux de ses lunettes de soleil posées sur un nez qui commence à rougir sous le soleil de l'arctique, Capucine MEYER la directrice de croisière armé de deux talkies-walkies pour communiquez avec les zodiacs de débarquement " Je fais la circulation pour éviter les accidents"

17out30.jpg

"Montez à bord du zodiac, le pied gauche sur le boudin et prenez la main du marin" sans glissades nous prenons places  sur les boudins de notre embarcation, 4 à tribord et autant à bâbord, bien répartir les poids pour éviter de chavirer, notre pilote se montre fort détendu et calme.

No-1131.jpg

L'image de notre navire se réduit peu à peu dans notre champ de vision et le terre grossit au contraire.

No-1130.jpg

Le débarquement se fait à pieds sec, une petite échelle en bois conduit à un petit ponton de bois un peu vermoulu qui supporte notre poids mais ne résisterait pas à une gigue endiablée, un plongeur vêtu chaudement jusqu'au bout de son nez évolue dans les eaux glacées proches du promontoire, que fait-il demandais-je à Capucine en tentant une pointe d'humour "Serait-il en train de pêcher notre déjeuner ?" Capucine me réponds d'un air amusé "C'est un plus gros gabarit qu'il tentera de ramener, si un des passagers glisse sur le boudin ou rate une marche en voulant s'en extraire".

17out13.jpg

Nous avançons nos pas en direction d'une grande bâtisse en ruines, un guide scientifique coiffé d'un casque avec deux cornes détachables servant à sonner l'alarme autant qu'à recevoir une rasade de cervoise, explique l'origine des lieux, ce guide intemporel se dénomme Marcel LICHTENSTEIN venant du Costa-Rica pour implanter l'histoire Vikings dans les caboches occidentales et orientales, un air malicieux se détache du coin de sa barbe.

No-1140.jpg

Belle balade dans la toundra sur ce site magnifique loin de toute population, quelques moutons éparpillés broutent la prairie miniature, encore un petit tour avant de remonter à bord, déjà 16h00 que le temps passe vite sous cette latitude, Capucine compte les passagers "Il en manque 2, il faut retourner à terre pour les ramener, vite le commandant a un horaire à respecter, le navire doit appareiller avant la nuit" le dernier zodiac arrive à la Marina avec les 2 explorateurs manquants, il s'agissait de deux cousins chinois de cette bourgade isolée au fin fond de leur immense pays, perdus  ici dans cette petite nature sans point de repère ni de compréhension des langues les plus connues "Aux Fers, à fond de cale" m'expirais-je à la Surcouf, l'œil malicieux de Marcel s'ouvrit  et Capucine me sourit 

 

Articles sur l'expédition 2013

Atterrissage en Islande

Appareillage de Reykjavík

Côtes du Groenland

Narsaq

Hvalso les ruines Vikings

Nuuk la capitale du Groenland

Kitsisarssuit

Glacier Eqi

Clôture de notre expédition Groenland 2013 

Documentaires Vidéo  

Court-métrage "Une Catalane en Arctique Vol1" Voyage Initiatique

Court-métrage "Une Catalane en Arctique Vol2" Territoires du Nanvut

Les commentaires sont fermés.