vendredi, 26 juin 2015

Haut Vallespir le vert paradis

Venez visiter le Haut-Vallespir

colares3.jpg

En ce début de la période estivale, les routes vont se charger de voyageurs qui viendront grossir la population de notre région, sans vouloir dévaloriser les villes et villages de la côte et de la vallée, passez à la montagne pendant quelques jours cet été pour profiter d'un peu de fraîcheur loin des plages surpeuplées, routes bouchonnées et des parkings bondés.


Le Haut-Vallespir est le Paradis de la fraîcheur en été lorsque les plages de la côte sont bondées et les routes encombrées.

 

Vous y trouverez équipement sportifs, aquatiques, parc à thèmes, activités pour les enfants, centres culturels, bibliothèques, thermes, expositions, concerts, spectacles, animations et bien d'autres choses encore....

 

Ce Paradis se trouve après Céret, Amélie les Bains, Arles sur Tech en est la porte d'accès.Venez respirer l'air pur de nos cimes, le calme de nos pâtures, une tranquillité sans égal en cette saison estivale.

Prats de Mollo

A près la sortie du village d'Arles sur Tech, prenez la départementale D115 tout droit, à quelques kilomètres de là vous découvrirez un écrin de verdure avec une cité fortifiée. Prats de Mollo La Preste capitale du Haut-Vallespir, grand patrimoine architectural, historique et culturel avec le spectacle de Fort Lagarde qui a fait vibrer les murs de la cité durant de nombreuses années.

prats2.jpg

Autrefois appelé Pratum (pré, pâturage) qui a évolué en Prados en l'an 936 et Pratis au début du XIe siècle.

Mollo (grosse pierre) s'est accolé à Prats à la fin du XIVe siècle.

Le village de la Preste aujourd'hui rattaché à celui de Prats de Mollo, était connu en l'an 1340 sous " Bayns des Ayats"

Enceinte fortifiée du XIIIe siècle, défendu par le fort Lagarde construit par Vauban à la fin du XVIIe siècle.

L'église Saint Juste et Raffine a été bâtie au Xe siècle, plusieurs restaurations au XIIIe et XVIIe siècle.

La commune a cédé au XIXe, 2518 hectares pour la création d'un petit village voisin.

prat1.jpg

Les curistes y ont leurs habitudes et les puristes leurs certitudes.

Vous pourrez vous délecter de la cuisine traditionnelle et gastronomique catalane aux terrasses des restaurants et brasseries.

Le Col d'Ares

colares3.jpg

Montez en altitude pour rejoindre le Col d'Ares à 1513 m d'altitude qui offre une vue panoramique unique sur tous les horizons à 360°.

 

Ermitage Notre Dame du Coral

Rebroussez chemin sur près de 1400 m pour dénicher à main droite, un petit sentier qui vous mènera à l'Ermitage Notre Dame du Coral, un haut lieu de pèlerinage datant du XIIIe siècle, caché dans la nature verdoyante, un parking en terre est accessible au bout du chemin, il vous faudra encore quelques pas pour vous rendre en ce lieu magique.

La chapelle et l'Ermitage accueillent concerts, récitals et expositions, vous y trouverez aussi un gîte ainsi qu'une auberge pour vos papilles gustatives et un grand parc autour pour vous y détendre

Serralongue

serralongue.jpg

En redescendant dans la  vallée un petit village sera à votre portée à main droite par une petite route à la croisée de votre chemin un peu plus loin sur la D44, direction Serralongue un petit village dont les origines remontent à l'an 900 avec  son église romane Sainte-Marie du XIe et XIIe siècles en granit rose et bleu doté d'un retable baroque du XVIIIe siècle

conjurador.jpg

Le Conjurador du XIVe siècle unique en France, d'origine païenne un endroit où l'on y conjurait le sort , les Tours de Cabrenç bâties au XIe siècle " 

Sur la route de la Forge del Mitg

Reprenez la D115 en direction de la vallée un peu plus loin sur votre droite un petite route départementale D3 en direction de la Forge del Mitg, juste après le petit pont et la centrale électrique vous trouverez Mohair du Vallespir qui vous ferons découvrir leurs créations 100% local. 

mohair16.jpg

Saint Laurent de Cerdans

Montez encore quelques kilomètres sur la D3 pour arriver à Saint Laurent de Cerdans .

Les origines de ce village sont antérieures au Xe siècle, une ancienne dépendance appelée "Sant Llorenç" du territoire de Costoja est cédée en l'an 988 à l'abbaye d'Arles par le comte de Cerdagne Oliba Cabreta, une église s'y construit courant du XIe siècle, elle sera détruite puis reconstruite. Le nom du village "San Llorenç de Cerdans" apparut au cours du XIVe siècle qui vit apparaître l'exploitation des forêts, des fores et des mines de fer.

Berceau de la fabrication du tissus pour espadrilles, au plus fort de la production pas moins de sept usines comptant près de 700 ouvriers fonctionnaient à plein régime en l'an 1901

Cette région porta le doux nom de "Vallée verte" jusqu'à l'aube de la révolution française.

Visitez les toiles du Soleil usine de tissage catalan ainsi qu'une fabrique artisanale d'espadrilles catalanes.

 

Falgos

A la sortie de Saint Laurent de Cerdans sur la D3, prenez sur main droite la départementale étroite D3A qui vous conduira au Domaine de Falgos qui s'étend sur une superficie de plus de 50 hectares ou vous pourrez gambader sur des parcours pédestres de santé, faire du VTT, jouer au tennis, au football, vous détendre au centre de thalassothérapie ou bien faire un petit ou grand parcours de golf à difficultés variées suivant les initiés.

 

 

Coustouges, Costoja

Encore un effort sur la D3 vous arriverez dans un le dernier village du Haut-Vallespir  de ce côté de la montagne.

L'origine du village de Coustouges remonte à la nuit des temps vers l'an 2 après J.C.

Occupé successivement par les romains, les wisigoths, les sarrasins et pillé par les normands.

En l'An 936 le village est vendu par Rotrude à Ava la comtesse de Cerdagne et de Besalu ainsi qu'à son fils Oliba

L'église Notre Dame fût consacrée en l'an 1141

 

Le Tech

letech.jpg

Redescendez la départementale D43 jusqu'en bas, tournez à gauche en direction de Prats de Mollo, faites une halte dans l'auberge de l'Union du village du Tech, après avoir été repu par votre déjeuner emprunter la départementale D44.

Montferrer

bistrot.jpg

Un beau spectacle s'offre à vos yeux avec panoramas sur la vallée, une route semi-ombragée qui conduit au village de Montferrer, son église romane Sainte-Marie bâtie au XIIe siècle, les vestiges du "Château de Mollet", vous pourrez vous désaltérer au Bistrot de Pays.

Poursuivez votre route sur la D44 en direction de Corsavy

 

Gite et tour de Batère

Prenez la D43 à votre gauche à l'entrée du village en direction de Batère et montez tout en haut jusqu'au terminus, la vue tout en haut est inimaginable, vous pourrez vous désaltérer au Gîte de Batère.

 

Hameau de Leca

lesacs.jpg

Redescendez la D43 jusqu'au hameau de LECA

Vous y rencontrer  peut  être Michelle de CREALECA, une créatrice aux doigts de fées.

 

Corsavy, Cortsavi

Redescendez la départementale D43 jusqu'au village de Corsavy que vous pourrez visiter en sillonnant à pied ses rues piétonnes pavées à l'ancienne.

Origine Antérieure à l'an 1000 après J.C avec la construction de la chapelle San Marti qui se trouve aujourd'hui à la sortie du village sur la route d'Arles

Une donation importante faite en l'an 1007 par le comte Bernard Taillefer à l'Abbaye d'Arles, représentant un ensemble de fermes isolées appartenant au comte de Bésalu qui par la suite le céda au seigneur Oriol qui lui même en fit donation à sa fille Constancia en l'an 1020

1158 Raymond de Cortsavy évêque de Majorque.

1280 Arrivée d'Arnau le nouveau seigneur de Corsavy.

1335, le seigneur de Corsavy cède le village à Jacques II de Majorque

Fin du XIVe siècle Pierre de Rocafort nommé "châtelain de Cortsavy" par Jean 1er d'Aragon

Le village d'aujourd'hui est construit sur les vestiges de l'ancien château qui était protégé par une tour à signaux

Eglise Saint-Martin construite en 1621 restaurée en 1775 dôtée d'un retable en bois peint du début de XVIIe siècle, La cloche date de 1726.

francoise5.jpg

Vous imprégnez de son Histoire à la terrasse du café-restaurant "Chez Françoise"

 

Arles sur Tech

 

Pour finir la boucle avant de repartir, flânez dans les ruelles d'Arles sur Tech aussi appelée "La porte du Vallespir" au pied du mont canigou sur la rive gauche du Tech avec son monastère bénédictins, le plus ancien des pays catalans mais aussi son patrimoine économique avec l'extraction et l'exploitation du minerai de fer. Les origines du chocolat catalan "CEMOI" sont encore présentes dans le village de par ses racines autrefois installée dans une entreprise au centre ville au nom évocateur de "Cantaloup-Catala" non loin d'une échoppe qui traverse les siècles " La Pâtisserie TOURON" au service des gourmands depuis 1850 et qui ravit petits et grands avec ses pâtisseries, ses rousquilles et ses tourons.

phore.jpg

Beaucoup d'artistes et créateurs y sont installés en particulier Sylvie CALLEY la sculptrice d'âmes qui taille la peinture sur verre du bout de ses doigts . D'autres fondent, peignent, lissent entre les murs du du Moulin des Arts et de l'Artisanat situé près du Tech.

abbayearle.jpg

 

Patrimoine architectural et historique avec l'église Saint-Sauveur antérieure au XIIe siècle, l'église carolingienne de Sainte-Croix des IXe et XIIe siècles, la Villa "Las Indis" un chef d'œuvre de l'Art Nouveau du début du XXe siècle, les Gorges de la Fou les plus étroites du monde, le cloître gothique de l'abbaye et un mystère qui perdurent depuis plusieurs milliers de lune "le mystère de l'eau miraculeuse de la Saint Tombe" qui met au défi la logique de tous les penseurs, une récompense de 1000 francs en 1910 à celui qui percerait le mystère, somme déposée par l'abbé Crastre le curé d'Arles, chez un notaire de la ville, personne à ce jour n'a lever le voile sur cette intrigue.

 

Vous pourrez peut être rencontrer avec plaisir et surprise au détour d'un sentier un musicien sans sa guitare accompagné d'un poète et de son fusain, rimant tout deux aux côtés d'un champion du ballon ovale et d'un pilote à la route tracée !!

 

Les commentaires sont fermés.