dimanche, 21 juin 2015

Une Catalane en Arctique: Islande

Le temps est gris lorsque nous arrivons sur Paris ce lundi 12 août 2013 en cette fin d'après-midi, la circulation sur les abords de Paris est très embouteillée, il nous tarde d'arriver à notre hôtel pour évacuer le bruit et la pollution qui s'en suit.

bagpulman.jpg

La soirée est déjà bien entamée lorsque nous entrevoyons le portail du Pullman situé non loin du terminal 1 de l'aéroport Charles de Gaulle, encore 14 heures à attendre avant de nous diriger vers la porte d'embarquement de notre jet.

 


 

13 août 2013

Huit heures du matin, le temps est sombre à l'horizon, beaucoup de pluie pour cette fin estivale sur la capitale, brrr le thermomètre s'est effondré , la température prévue à notre atterrissage sur le tarmac de l'aéroport de Keflavik est plus élevée que celle de Paris. Un petit-déjeuner rapide avant de refermer nos bagages, le taxi nous attend pour nous conduire vers le terminal de départ de Charles de Gaulle, qu'il est grand ce terminal !!

fi543.jpg

Nos bagages bien sanglés sur leur chariot à roulettes avant d'engager un sprint pour arriver aux comptoirs d'enregistrement du vol ICELANDAIR FI 543 et se faufiler entre les passagers des autres comptoirs, la file s'allonge doucement, notre vol sera à l'heure.

13h00

Nous attendons dans la salle d'embarquement, le temps extérieur est toujours au gris fixe, aucune amélioration climatique prévue avant 48H.

14h00

Embarquement en cours, le Boeing 757 de la compagnie TITAN AIRWAYS semble tout petit, le déjeuner sera servi juste après le décollage nous précise le Steward, maintenant que nous sommes installés aussi confortablement qu'il se peut dans cet avion, notre voyage pour le paradis blanc peut enfin commencer !!

kefla.jpg

15h45 

Le vol FI 543 se pose sur l'aéroport de Keflavik, 2247 km parcourus en 1h30 c'est impressionnant sur le papier mais en réalité 2h00 de décalage horaire séparent l'Islande de la France, le temps de récupérer nos bagages au tourniquet et de filer en direction des bus qui assurent la liaison avec le navire d'exploration qui nous attend au port de commerce de Reykjavík, une petite balade dans le trafic routier islandais. Le trafic est dense à cette heure de l'après-midi, la vitesse en agglomération est limitée à 50 km/h, chacun la respecte sans broncher, ils sont plus respectueux de la vie d'autrui. Les paysages autour de nous sont rocailleux, peu de verdure et beaucoup de cendre, l'Islande est une île volcanique en grande activité, la NASA y envoie ses équipages pour des simulations en terres hostiles tant la ressemblance est similaire avec le panorama des missions lointaines. Nous croisons du regard quelques golfeur affairés sur un green du parcours de golf de Reykjavík, le chauffeur du bus veut nous faire visiter les routes de la région, il a entrepris un long détour pour contourner la ville et accéder au port, près de 45 minutes après notre atterrissage

port2.jpg

Notre transport routier arrive enfin à la passerelle d'embarquement du Boréal.

boreal.jpg

16h45

Mon estomac gargouille, le repas de l'avion était très frugal, j'ai un appétit d'ours polaire, l'air pur du grand nord me revivifie, nos bagages nous attendent à bord

port2013.jpg

Un comité d'accueil nous attend pour nous souhaiter la bienvenue, grands sourires et tenues de gala pour l'équipage, les officiers et le commandant Patrick MARCHESSEAU. Après un cours passage à la réception, nous prenons possession de notre cabine avec balcon, idéal pour nos prises de vue.

Une petite visite du navire avant le dîner pendant que tous les passagers s'occupent à déballer et ranger leurs habits, tribord (droite) et bâbord (gauche) dans le sens d'avance du bateau,  il faut s'y faire vite pour se repérer dans notre coque en bois lors des annonces des guides ou du commandant pour aller visualiser rapidement un événement qui aura lieu furtivement autour du Boréal.

coktail.jpg

Le cocktail de bienvenue est avancé, cap sur la salle de conférence où nous attendent les officiers , les membres de l'équipage et le Commandant, le champagne est bon à déguster du bout des lèvres.

Je me dirige en tête vers le grill pour un repas plus consistant qu'à midi, mon mari est à la traîne, il discute avec les officiers du bord, "première arrivée, première assise" une belle table sur la terrasse découverte pour un tête à tête en arctique.

 

Articles sur l'expédition 2013

Atterrissage en Islande

Appareillage de Reykjavík

Côtes du Groenland

Narsaq

Hvalso les ruines Vikings

Nuuk la capitale du Groenland

Kitsisarssuit

Glacier Eqi

Clôture de notre expédition Groenland 2013 

Documentaires Vidéo  

Court-métrage "Une Catalane en Arctique Vol1" Voyage Initiatique

Court-métrage "Une Catalane en Arctique Vol2" Territoires du Nanvut

Les commentaires sont fermés.